Glumiti, stiti cine sunteti? Nu sunteti cetateni europeni si NU aveti drepturi!!!

Posteaza un subiect nou   Raspunde la subiect

Vezi subiectul anterior Vezi subiectul urmator In jos

Glumiti, stiti cine sunteti? Nu sunteti cetateni europeni si NU aveti drepturi!!!

Mesaj  Ghita_Bizonu' la data de Mier Feb 20, 2013 9:44 am

Stiti prostia asta?



Adevarul este ca este o reclama imbecila a carui unic scop este ca sa sifoneze niste bani “europeni”.
Insa “drepturile noastre de europeni” sunt, in limbaj elegant , “cotu, labele si botu’ “. Noi nu avem nici un drept in UE.
Si nici in Romania.

Nu mai avem dreptu’ sa luam decizii politice in ce ne priveste politica interna a tarii, votu nost e vax albina, nu avem dreptu sa protestam , avem doar dreptul de a plati!!! Si de a renunta la economia noastra – agricultura, industrie, banci , pamanat.
Daca ai nenorocu de a fi de origine etnica romana nici un pasaport strain nu iti da vre-un drept de “european” asa cum a constat Radu Golban atunci cand a fost “epurat” de la Facultatea de Ştiinte Politice, Filosofie şi Ştiinte ale Comunicării din cadrul Universităţii de Vest din Timişoara pe motiv ca departamentul de ştiinţe politice “nu doreşte colaborarea cu această persoană, pentru articolele scrise în presă împotriva Germaniei”. Exact asa- cum acum 60 de ani erau unii inciminati de atitudine antisovietica. Ca e mai dragutz este faptul ca decizia ar fi fost luata la recomandarea consulului Germaniei din Timisoara. De unde imi vine sa crez ca Timisoara se viseaza Gau in Reichul lu’ Adolf.
A da. Radu Golban este cetatean german.

Dar acesta este doar un episod marunt.

Fiindca nu chia atat de nou ni se contesta si dreptul la identitate. “Noua identitate”ce ni se propune este cea tiganeasca.
O sa dau o selectie cam ampla de ce se poate citi pe diverse siteuri franceze:
(cestiile cu rosu si subliniate sunt marcate de mine)

Des Roms ? Pardon, des Roumains.
Par Eric Martin le 28 août, 2012 @ 9:09
Tribune libre de Robert Ménard*

http://www.ndf.fr/poing-de-vue/28-08-2012/des-roms-pardon-des-roumains#.USMp4fJN9R0
Ainsi donc, pour régler le problème rom – et oui, il y a un problème rom, n’en déplaise à nos Tartuffe – il suffirait d’ouvrir le marché du travail aux ressortissants roumains et bulgares, puisque c’est ainsi qu’il est convenu de nommer les Roms au pays des faux-culs.
Aujourd’hui en effet – et jusqu’à la fin 2013 – ils ne sont autorisés à n’exercer que 150 métiers dits « en tension », après la délivrance d’un permis de travail et le versement par leur employeur d’une taxe à l’Office français de l’immigration et de l’intégration. Le gouvernement vient de promettre d’assouplir ces conditions d’embauche.
Qui peut affirmer, sans pouffer de rire, qu’un tel assouplissement règlera le problème ? Qui peut faire preuve d’une telle naïveté ? Qui peut croire que les Roms vont chercher et encore moins trouver du travail quand on recense presque trois millions de chômeurs en France ?
Qui peut prendre au sérieux un collectif d’associations comme Romeurope quand il explique qu’il n’y a aucune raison d’aborder la question des Roms différemment de celle des Italiens ou des Allemands résidants dans notre pays ? Qui peut se laisser berner par ce genre de propos qui nient jusqu’à l’évidence même ?
Vous me direz que les mêmes zigotos nous expliquent, sans sourciller, que la délinquance rom n’existe pas, non plus que l’exploitation des enfants et des femmes roms en vue de les contraindre à mendier, à voler ou à se prostituer. Pourtant les chiffres sont là, têtus, accablants. Selon Le Parisien, le nombre de « Roumains » appréhendés a augmenté de… 69% entre 2009 et 2011 ! L’année dernière, un étranger sur dix mis en cause était « roumain ». Et s’il s’agit essentiellement, pour l’instant, d’affaires de cambriolages, d’escroqueries ou de vols à l’étalage, les responsables de la police craignent que cette délinquance « explose, se diversifie et devienne violente à l’égard des forces de l’ordre ».
Continuons à repeindre en rose le réel. Comme si parler de « voleurs de poules » n’était qu’un cliché éculé. Comme s’il ne s’agissait pas d’une société clanique (Rom ne signifie-t-il pas « homme accompli et marié au sein de la communauté » ?). Comme si l’on pouvait toujours tout ramener à des questions de pauvreté. Comme si les plus talentueux propagandistes de la culture tzigane – je pense au merveilleux poète et homme de cirque Alexandre Romanès – n’avaient pas dit l’essentiel à leur sujet. Sans pathos, sans faux-semblants, sans cette hypocrisie qui tient lieu si souvent de ligne de conduite à nos dirigeants.
Encore une remarque : et si la France cessait de battre sa coulpe sous la pression des prêchi-prêcheurs de service et se retournait vers les gouvernements roumains et bulgares ? Je me garderai d’imputer à ces derniers l’entière responsabilité de la situation, mais quand même…
*Robert Ménard est journaliste et fondateur de l’association Reporters sans frontières

Comentarii la acesta
Bucarestois
28 août, 2012 @ 15:34 à 15 h 34 min
C’est amusant, votre courroux anti-tzigane.
Il est rare de rencontrer autant d’ignorance, arrogance et stupidité que chez les français, lorsqu’il s’agit des roumains. Vous en êtes l’exception, ce dont je vous félicite.
Sachez quand même, que le problème tzigane c’est justement avant tout un problème social et pas un nebuleux problème racialo-culturel, comme vous semblez l’insinuer : ceci le témoigne les million de tziganes admirablement intégrés, partout en Europe.
Quant au soit disant “problème tzigane”, c’est le bon viux truc de l’incédiaire-pompier.: une construction médiatico-politique exclusivement française, une inique manoeuvre politicienne du feu régime Sarkozy, qui perdure sous Hollande.
C’est honteux de toujours ventiler cette infame instrumentalisation politicienne des plus démunis des pauvres: les quelques milliers de tziganes que les gouvernements francais encourage financierement à revenir régulierement en France pour justement avoir un probleme à combattre, là où il suffirait d’appliquer la loi et interdire les campements sauvages. En Roumanie il y en a pas.
Donc c’est vos politiques qui ont crée le problème tzigane, pendant que le public avale la propagande. Donc, mieux serait que chacun s’occupe de ses propres affaires, sans généralisations ineptes. Et s’il y a des gens en France qui brisent la loi, qu’ils soient punis selon la loi, la France étant un état de droit, que je sache.
En marge de tout ça, si un sujet français moyen n’est pas du tout choqué par la seule idée de « délit national », alors c’est très, mais très grave. Il y a dix ans, cela aurait été impensable en France. Cela, pour mesurer où vous en êtes arrivés, vous autres, français, après l’ère Sarkozy …
Je crois que le régime Hollande agite à nouveau le thème « rom » pour des raisons politiciennes, mais aussi pour capter des fonds européens que la Roumanie n’a pas su se les approprier. (En outre, due à l’incapacité administrative, la Roumanie est contributeur net de l’UE, elle verse plus des fonds qu’elle ne reçoit).
Pour conclure, si les tziganes vous dérangent, appliquez la loi. C’est si simple. Pourquoi en Allemagne y a t’il pas tout ce cirque immonde autour les tziganes ?
Sans rancune, Messieurs les Français, mais c’est un problème fait mais
Michel
2 sept, 2012 @ 23:53 à 23 h 53 min
Mon Dieu ! Je débarque !
Jamais je n’aurais pu penser que quelqu’un puisse confondre les roumains et leurs tsiganes (romanichels, roms…) Les tsiganes sont un peuple à part, venant d’Inde, nomade de préférence, « voleurs de chevaux et de femmes » disait-on avant (« voleurs de poules » dit-on maintenant ?). Ils ont une langue à eux, le « rom » ou « romani » et vivent en Europe et sur d’autres continents, ayant été chassés d’Asie au IXe s. ap. J-C. Ils sont transnationaux sauf quand les frontières sont vraiment verrouillées (Roumanie de Ceausescu, URSS, etc.) En général, ils ne sont pas aimés par les populations locales pour les comportements précités mais certains sont plus ou moins sédentarisés et se comportent tout à fait correctement, voir la réunion annuelle chrétienne de tsiganes à Sainte-Marie de la Mer en Camargue où il y a quelque 15 000 participants.
Les roumains, eux, sont les habitants de la Roumanie ! Ils sont tsiganes comme le français ou l’allemand moyen, c’est-à-dire pas du tout !
Ils sont en général très cultivés même dans les couches moyennes de la société où ils sont francophones (les générations actuelles le sont moins mais celles d’avant Ceausescu l’étaient). Leur langue, le roumain, est latine (comme le français, l’espagnol et l’italien) et ils n’ont rien à envier à la civilisation occidentale du point de vue civilisation. Ils sont chrétiens orthodoxes et je vous invite à visiter leurs églises à Paris où vous comprendrez ce qu’est un roumain.
Les « tsiganes en provenance de Roumanie » (est-ce eux que Robert Ménard a appelé rroms ?) qui nous agressent quotidiennement à Paris (vols, nettoyage de pare-brise) ne sont peut-être qu’une partie des tsiganes roumains arrivés en France (Cf. le témoignage de Julien), et en sont la partie visible.
Sachez que les roumains sont bien contents de s’en être débarrassés Quand à la nouvelle famille de Julien, c’est bien la France qui déconne : voici un homme qui travaille et à qui on interdit de travailler. Que fait-il pour rester près de sa fille et de son gendre qui l’apprécie, manifestement ? Il utilise les solutions que la France lui propose (la pompe aspirante). En cela, lui est intelligent et nous, nous sommes cons ! Plus exactement, nous nous faisons couillonner par nos gouvernants successifs qui, par idéologie (honte à eux) ou par mercantilisme (honte à eux), laissent la situation pourrir. Et en cela, je ne parle pas du beau-père de Julien, personne honnête, mais par toute une racaille que nous ne connaissons que trop bien. Nous n’avons que notre bulletin de vote malheureusement…
Rappelez-vous : « rom » ne vient pas de « roumain » mais de « romanichel » (appelés aussi gitans ou tsiganes). Et leur langue est le « romani », enseigné à la Faculté des Langues Orientales à Paris, l’Inalco.
Voir sur les Roms les textes suivants :
http://www.inalco.fr/ina_gabarit_rubrique.php3?ctx=langue&id_rubrique=47&id_langue=72&ina_rubrique_langue=1098&id_departement=2&ina_rubrique_departement=1177
ainsi que
http://www.dglflf.culture.gouv.fr/Langues_et_cite/langues_et%20cite9.pdf
Pffff… rom = roumain ? et conne = habitante du Connecticut ?

Sau mai pe sleau de pe un site ptr pustani :


http://www.jeuxvideo.com/forums/1-50-109757106-1-0-1-0-je-deteste-les-roumains.htm

Sujet : « Je deteste les roumains !!!!!! »
ls utilisent leurs enfants pour aller dans la rue a demander de l'argent au passants.
Ils volent tout ce qui a de la valeur.
Quelles genres de mere demande a ses enfants d'aller dans la rue pour mendier, au lieu de faire tout son possible pour qu'ils puissent aller a l'ecole et avoir une bonne education !
Et lorsqu'on leur demande, ils disent que la France et un pays qui ne veut pas donner de travail au roumain, mais putin, si on ne leur donnent pas de travail, c'est qu'ils ne maitrisent pas le français... Et tout ca parce que leur parents les envoient dans la rue au lieu de les envoyer a l'ecole afin de maitriser les competences qui si necessaire pour un travail !!!!

Clar? Detest romanii. Ca-s tigani. Si in avest context “detest” s-ar putea traduce prin “urasc”!
Sau


http://observers.france24.com/fr/content/20080930-bonjour-je-suis-roumain-roms-immigration-publicite-espagne-europe

"Bonjour, je suis Roumain", pas Rom !
La réputation des immigrants roumains en Europe serait tellement mauvaise que le gouvernement roumain a commandé à une grande agence de publicité une campagne chargée de redorer le blason de son pays. Certains y voient un autre message, implicite : tous les Roumains ne sont pas des Roms.
La campagne s'adresse en particulier à l'Espagne et à l'Italie, où les Roumains forment la plus importante communauté d'émigrés, avec respectivement 500 000 et 700 000 individus. Selon le gouvernement roumain, il était nécessaire de faire un "effort de communication pour corriger la perception erronée des citoyens roumains, avec une information alternative au discours médiatique émotionnel généré par les infractions de certains citoyens d'origine roumaine".
Le gouvernement n'a pas lésiné sur les moyens. C'est la célèbre agence new-yorkaise Saatchi & Saatchi qui a été chargée de cette campagne "à 360°" : des affiches, une série de trois spots publicitaires, un site, mais aussi des conférences et des rencontres pour promouvoir les recherches sur l'apport des Roumains à la société espagnole. La même campagne est attendue en Italie sous le nom de "Piacere di conoscerti" ("Ravi de vous rencontrer").
En Espagne, les associations de tziganes roumains ont rapidement réagi à l'absence des Roms d'origine roumaine de ces spots et de ces affiches. Selon elles, le message du gouvernement roumain semble bien être "tous les Roumains ne sont pas des Roms".
"Le gouvernement ne peut ni dire que les Roms ne sont pas des Roumains, ni dire que tous les Roumains, Roms y compris, sont estimables..."
Jean Pierre Dacheux est membre du collectif Romeurop.

La question que pose cette campagne roumaine est dans le non-dit : "Ne jugez pas tous les Roumains comme vous jugez les Roms de Roumanie".
La démarche du gouvernement roumain en Espagne se comprend aisément. Déjà, bien avant l'entrée de la Roumanie dans l'Union européenne, un grand nombre de ressortissants roumains allaient chercher du travail dans la péninsule ibérique. Et la Roumanie a tout intérêt à faciliter l'accueil de sa population, autorisée désormais à circuler librement et à s'établir dans les 27 Etats de l'Union européenne.
Parallèlement, le sort fait aux Roms en Italie a vivement inquiété les dirigeants roumains. Ils craignent l'extension de politiques dont tous les Roumains, Roms ou pas, pourraient souffrir. Car il est vrai que la confusion entre Roms et Roumains se constate partout. Or, si tous les Roms de Roumanie sont roumains, tous les Roumains ne sont pas Roms.
Le gouvernement ne peut ni dire que les Roms ne sont pas des Roumains, ni dire que tous les Roumains, Roms y compris, sont estimables... Alors, il explique que la plupart des Roumains sont des citoyens estimables. Sous-entendu, certains ne le sont pas, cherchez lesquels !
N'oublions pas que "tsigane" est encore synonyme d'esclave dans les provinces roumaines de Moldavie et de Valachie, où ce peuple a été réduit en esclavage jusqu'au milieu du XIXe siècle. La campagne du gouvernement roumain serait plus crédible si le mépris et l'abandon n'étaient pas les réactions dominantes à l'encontre des Roms en Roumanie.
Il n'est pas d'Europe sans les Roms, première minorité culturelle par le nombre (10 à 12 millions) et de par sa répartition dans tous les États d'Europe. La question que pose la campagne roumaine est donc essentielle : est-ce que tous les Roumains, tous, ont une place en Europe ? La réponse est que les Roms d'Europe ne sont pas encore, hélas, considérés comme étant des citoyens comme les autres."
"La Roumanie n'est pas encore vue ici comme une partie de l'Europe "
Nacho Campinez est professeur de langue et de littérature. Il vit dans la banlieue de Madrid.

Il y a trois grandes communautés d'immigrants en Espagne : les Roumains, les Marocains et les Equatoriens. Mais les Roumains ont une image particulièrement négative.
Les médias y sont pour beaucoup. Pour chaque fait divers, un viol ou un cambriolage, les médias donnent la nationalité du coupable. Cela contribue à créer cette image que les gens ont de la communauté. Les Roumains sont tout de suite associés à la délinquance, aux mafias d'Europe de l'Est (drogues, prostitution, cambriolages). Ils sont aussi associés à l'extrême pauvreté. Une des images que les Espagnols ont en tête lorsqu'ils pensent aux Roumains est celle de la mère qui demande la charité avec ses enfants, ou ses bébés.
Je pense que pour beaucoup, ici, la Roumanie n'est pas encore vue comme une partie de l'Europe. Une grande majorité de cette communauté est pauvre. Ils travaillent dans des secteurs très peu visibles, comme le bâtiment, souvent sans être déclarés, et dans la plus complète précarité. Cette instabilité ne leur permet pas de construire une bonne image, mais au contraire stimule le racisme. Le regard porté sur les Equatoriens, par exemple, est meilleur, car ils ont souvent des emplois dans les services, serveurs par exemple, et les Espagnols ont appris à les connaître.
Partant de là, toutes les initiatives pouvant améliorer l'image des Roumains sont les bienvenues."


Commentaires
incroyable!!!!!!
Submitted by nilasse (non vérifié) on mer, 01/10/2008 - 12:43.
l'europe donne de l'argent a ce pays et lui l'utilise pour faire des pubs avec des relents de racisme,c'est pathétique et honteux.


Re : incroyable!!!!!!
Submitted by Roumain pas rrom, aussi (non vérifié) on mer, 01/10/2008 - 15:52.
Ce qui est incroyable et raciste c'est justement votre réaction. Vous acceptez que cet amalgame roumain=tsigane existe au détriment de 20 millions de Roumains, mais criez au scandale dés la moindre tentative de mise au point dans ce sens (mise au point qui a juste un petit retard d'une dizaine d'années, malheureusement...)
De plus, l'argent n'est pas "donné" comme vous le dites par l'Europe à la Roumanie, mais il s'agit d'un échange dans lequel l'Europe retrouve son compte économiquement, mais cela, votre aveuglement condescendant vous empêche de le voir, bien entendu... pathétique et honteux.

mensonge ou oubli
Submitted by nilasse (non vérifié) on jeu, 02/10/2008 - 09:21.
l'europe ne tire aucun profit de la roumanie,ça c'est un fait établi , de plus pas besoin d'être historien pour savoir qu'il y a en roumanie un racisme extremement développé contre les roms et les tzigane en roumanie. ils sont mis au banc de la société et diabolisés. parqués comme des bêtes dans des bidonvilles,dans des conditions ou ne nous ferions pas vivre nos chiens. alors arretons l'angélisme.
inculture d'un certain francais

Submitted by diablo (non vérifié) on dim, 26/10/2008 - 00:25.
Ca se voit que t'est un francais inculte car tu dis ''rom et tzigane'' alors que rom=tzigane.
Je suis roumain et je nique les francais incultes comme toi et les tziganes qui parazitent l'europe. Ah et pour ta culture personelle 80% des roms de l'europe ne sont pas de nationalite roumaine, ils viennent de d'autres pays. Donc mon p'tit francais va t'informer et cultive toi!
p.s. Si tous les Roumains sont des tziganes alors...tous les Francais sont des Arabes!!!!!

J'approuve vos
Submitted by Utilisateur non inscrit (non vérifié) on dim, 26/10/2008 - 17:26.
J'approuve vos messages.
Française ne faisant pas l'amalgame.
Une certaine partie des Français crie à loup et à l'injustice, mais elle devrait se regarder dans le miroir bien souvent...ou alors elle est aveugle..la pauvre...

Deci … pana la urma autoritatile romane s-au vazut silite sa zica ca Romania nu este Tara Tiganilor. Cestie de identitate .. roman nu inseamna nici rus, nici neamt si nici tigan. Ci roman . Insa sunt unii carora nu le convine ideea ca romanii nu sunt tigani (Insa sa va zic ceva curios – sunt unii tigani care ar fi de acord ca ei nu sunt romani! Tigani care au sentimentul identitatii lor, specifice.) Si atunci incep sa abereze despre campanii de publicitate “rasiste” facute cu bani europeni sau ca “tigan” ar mai insemna azi “rob”.
Insa a nu se uita Car il est vrai que la confusion entre Roms et Roumains se constate partout.(Caci se constata peste tot confuzia intre tigani si romani) Deci ptr europeni romanii sunt tigani si Romania este la Romanie des Gitans..Si se joaca alba-neagra cu confuzia intre cetatenie si etnie Or, si tous les Roms de Roumanie sont roumains, tous les Roumains ne sont pas Roms adica ” Ori, daca toti tiganii din Romania sunt romani , nu toti romanii sunt tigani”. Fiindca dobitocii aia din Vestacke cei atat de scrofulosi cu minoritarii nu sunt in stare sa zica “tiganii din Romania sunt cetateni romani” ci zic ca sunt romani. Si deci unii fac gat cand se zice ca romanii nu sunt tigani (desi unii tigani sunt cetateni romani.) Insa ia inchipuiti-va-ti ca popii Sile Tokes o s-ar zice ca este roman?! In acest caz nu se zice decat de “unguri din Romania” nu “cetateni romani de etnie ungara” .. daca pricepeti subtilitatea mesajului .. in combinatie cu ce se inculca – romanii e rasisti si tigani.

Si ca unul din indobitocitii Vestului cel Korect filopoponar samd a spumegat deja ca Romania ia bani europeni ca sa faca propaganda rasista (Romanii nu sunt tigani!) sa mai vedem si alte dragalasenii. Daca nu ati stiut aflati acum ca noi romanii am furat banii tiganilor!!

http://egalite-universelle.over-blog.com/article-roms-la-roumanie-doit-assumer-ses-responsabilites-111303681.html

Concernant les roms, c'est à la Roumanie de prendre ses responsabilités!
depuis plusieurs années et jusqu'en 2013, la Roumanie aura touché 33 milliards d'euros d'aides européennes non remboursables, dont 13 milliards pour les roms; qu'est-ce que la Roumanie a fait de ces aides??? Où se sont-elles évaporées??? Nul ne sait! Toujours est-il que personne n'a vu le moindre changement dans la condition des roms!
Tout ce qu'on a pu obtenir des autorités roumaines, c'est une vague promesse des autorités roumaines, lors de la visite de Manuel Valls à Bucarest que quelque chose serait fait pour l'intégtation des roms.
Pourtant, il n'est pas difficile de faire quelque chose avec 13 milliards d'euros.
Il faut ouvrir de nouvelles écoles, tant en milieux rural, dans les villages roms, qu'en milieux urbain, dans les quartiers roms.
Il faut offrir des formations aux adultes afin qu'ils puisent trouver du travail.
Il faut réhabiliter l'habitat des roms, souvent vétuste et insalubres.
Il existe enfin des mesures qui ne coûtent rien : Libérer les roms du joug de leurs "rois" mafieux, et faire cesser leur communautarisme qui les pousse à suivre les lois édictées par leurs "rois" plutôt que la loi roumaine.
Il faut aussi éduquer les roumains, et faire en sorte que cesse le racisme anti roms.
La Roumanie doit assumer ses responsabilités, et rendre des comptes sur l'emploi qu'elle fait des aides européennes.
J'ajouterai un mot sur les associations qui prétendent aider les roms:
Sur environ 300 association touchant des subventions, moins de 20 s'occupent réellement des roms; on comprend donc que la majorité d'entre elles n'ont pas intérêt à ce que le problème des roms soit réglé.

http://www.presseurop.eu/fr/content/article/314791-ou-vont-les-millions-de-l-aide-europeenne

Romi: Unde se duc milioanele ajutorului european?
13 august 2010
Le Monde

Confruntate cu absenţa de progrese pe frontul integrării Romilor, ţările de destinaţie şi ţările de origine îşi aruncă vina una alteia. Iar Bruxelles este din ce în ce mai deranjat de faptul că proiectele pe care le finanţează nu avansează, sau o fac prea încet.

Jean-Pierre Stroobants | Mirel Bran
Cerută de către Franţa, Italia şi Suedia – susţinute de către preşedinţia belgiană a Uniunii Europene – dezbaterea asupra integrării Romilor în Europa nu găseşte soluţie la Bruxelles. Pierre Lellouche, secretar de stat francez pentru afaceri europene, ceruse cu câteva săptămâni în urmă o dezbatere "urgentă" asupra "unei probleme reale de care este timpul să ne ocupăm serios".
Evocând problemele de delincvenţă ale minorilor, dar şi reţele de prostituţie şi trafic de copii, cu care Franţa este confruntată, dl Lellouche pusese la stâlpul infamiei fluxul de "persoane care nu doresc să se integreze", responsabilitatea ţărilor de origine ale Romilor (dintre care 9 milioane au un paşaport european), sau relativa inactivitate a Comisiei de la Bruxelles care, sublinia secretarul de Stat, cheltuieşte totuşi mulţi bani pentru integrarea lor. Suedia a continuat cerând "un plan de acţiune strict" prevăzut să răspundă acestei "situaţii alarmante".
România vizată cu prioritate

Aceste guverne vizau şi anumite ţări de origine, acuzate de a se sustrage obligaţiei lor de asistenţă. In afara Bulgariei (750 000 de Romi, potrivit estimărilor) şi Slovacia (500 000), România – 537 000 de Romi în mod oficial dar cu siguranţă mai mult, o cifră apropiată de 2 milioane – a fost ţinta criticilor. Ea a promis între timp să acţioneze.
A fost numit un secretar de Stat însărcinat cu problema repatrierii Romilor.
Dar, simultan, executivul de la Bucureşti a protestat împotriva distrugerii campusurilor din Franţa ca şi a "oprobiului public" care i-a fost adresat.
Rămâne totuşi un aspect, şi anume încetineala Bucureştiului în utilizarea fondurilor europene pentru ajutorarea Romilor, şi această lentoare agasează.
Şase programe, dintr-un total de 9.3 milioane de euro, sunt gerate de Agenţia naţională pentru Romi, dar rezultatele sunt prea puţin vizibile
. Soarta mizerabilă a acetei populaţii o împinge mereu spre emigrare. Proiectele riscă să fie blocate din cauza întârzierilor. "Comisia ne-a recomandat să reziliem programele care nu avansează pentru a evita blocarea banilor", afirmă Anca Zevedei, director al Autorităţii de gestiune a resurselor umane în ministerul român al Muncii. "Comisia vrea să-i ajute pe Romi şi pe defavorizaţi, dar uitaţi-vă la ce se întâmplă cu proiectele gerate de către Agenţia naţională pentru Romi...".
Asociaţiile de Romi critică atât Franţa cât şi autorităţile române. "România nu şi-a făcut treaba, crede Ciprian Necula, responsabil al proiectului "Casa Romilor". Statul a permis existenţa reţelelor de trafic uman şi de prostituţie. S-a mulţumit să pună câteva planuri pe hârtie pentru a face plăcere europenilor".
"Risipă sau chiar ne-utilizare"

Situaţia de la faţa locului confirmă diagnosticul pesimist al risipei, sau chiar al non-utilizării fondurilor europene. De fapt, România nu reuşeşte să cheltuiască cele 32 de miliarde de euro de fonduri non-rambursabile pe care Comisia i le-a rezervat din 2007 până în 2013, cu condiţia ca ţara să facă cererea oficială şi să justifice ulterior utilizarea lor.
Arbitru al dezbaterii asupra Romilor, Comisia nu îşi ascunde sentimentul de stânjeneală. Invitată de Franţa şi de către alţii la "mai multă acţiune", ea obiectează afirmând că a multiplicat în ultimii ani iniţiativele, urmărind atât integrarea cât şi non-discriminarea. Dar "integrarea nu va fi efectivă decât odată cu acţiunea dirijată a Statelor, atât la nivel naţional cât şi regional sau local", subliniază executivul european.
Câteva 13.3 miliarde de euro vor fi cheltuite între 2007 şi 2013, via Fondul social european, pentru integrarea Romilor şi a altor grupuri considerate "vulnerabile". In România şi Ungaria, jumătate din ajutoarele primite se dirijează spre Romi. Banii sunt distribuiţi diverselor ţări şi de către Fondurile agricole pentru dezvoltare rurală, iar din mai anul acesta, Statele pot face apel şi la Fondul european pentru dezvoltare regională în vederea ajutării minorităţilor, printre care Romii, pentru a obţine cu mai multă uşurinţă un apartament. Cât despre fondurile structurale, ele permit co-finanţarea proiectelor pentru copii, educaţie sau muncă. In fine, Parlamentul European a alocat 5 milioane de euro pentru lansarea unui proiect pilot de integrare, centrat pe micro-finanţare şi învăţământ.
"Nu banii lipsesc, ci mijloacele adecvate de a-i utiliza", suspină un înalt funcţionar. Ca ultim recurs, Bruxelles a lansat două studii presupuse să identifice programele, proiectele şi politicile de integrare care au reuşit pânaă în prezent.

Mirel Bran …dragul de el. Asta de vreo 20 de ani manamca o paine alba pe baza de tiganii e prigoniti in Romania. Insa nu uitati : cica 13 miliarde de euro ne-au fost alocate ptr ca sa imbunataim soarta tiganilor – scoli, case, canalizare.. si nu s-a vazut nimic!!! Oare ce am facut cu banii?!
Iata un posibil raspuns :


http://fr.euronews.com/2010/08/26/les-roms-sont-hais-en-roumanie/

“Les Roms sont haïs en Roumanie”
26/08/10 19:28 CET

De l’argent jeté par les fenêtres, versé aux uns et aux autres sans aller au coeur du problème. C’est ainsi que certains voient l’aide au retour de 300 euros remis par les autorités françaises aux Roms qui acceptent de retourner en Roumanie ou en Bulgarie et qui reviennent après en France.
“Pourquoi on repart de Roumanie? Parce qu’on n’a pas d’aide, explique Gabriel-David Radu. Vous avez remarqué que le Père Arthur est venu et nous a donné des aides, ou des gâteaux. En Roumanie, on ne reçoit pas ça. Ici, il y a des moyens. On a touché les allocations familiales”.
La présidente de l’association Pierre blanche qui aide des Roms près de Lille va plus loin et affirme qu’en Roumanie, cette minorité est détestée. “La Commission Européenne avait rappelé qu’elle avait versé 20 milliards d’euros au gouvernement roumain pour favoriser le développement du pays, mais il semblerait que les Roms ne fassent absolument pas partie de la population roumaine pour eux. Et ils n’ont, semble-t-il, beneficié d’aucune aide à l’intégration depuis plusieurs années. Ils sont haïs dans leur pays, il faut bien le dire. Moi j’en viens de la Roumanie, je l’ai vu.”

Pai deci cam asa : Comisia Europeana ne-a dat 20 de miliarde ca sea dezvoltam tara insa guvernuo roman (ala ceststin dimacrat) nu considera ca tiganii merita ceva .. fiindca romanii e rasisti si urasc pe tigani mai dihai decat urasca rasistii Alabamei pe negri!!
Si d’aia refuzam sa integram pe tigani!!


http://www.lejdd.fr/International/UE/Actualite/La-France-et-la-Roumanie-tentent-de-regler-la-question-Rom-554832

En visite à Bucarest, Manuel Valls a tenté de convaincre le gouvernement roumain de mieux insérer les populations roms dans leur pays d'origine. Si le président Basescu et le Premier ministre Ponta ont promis de collaborer, le premier a mis en garde le ministre français de l'Intérieur.

Les divergences et des engagements. Le ministre français de l'Intérieur, Manuel Valls, était en déplacement en Roumanie mercredi, accompagné du son collègue délégué aux Affaires européennes, Bernard Cazeneuve. Une visite qui intervient alors que Paris fait face à des critiques de la part d'ONG de défense des Roms et des Nations unies pour sa politique de démantèlement forcé de camps illégaux, entamée par le président de droite Nicolas Sarkozy et poursuivie par le nouveau gouvernement socialiste.
A Bucarest, les ministres avaient pour objectif d'aborder la question de la réinsertion des Roms roumains vivant en France dans leur pays d'origine. "L'avenir des communautés roms doit être en Europe mais principalement en Roumanie", a ainsi déclaré le Premier ministre roumain de centre-gauche, Victor Ponta. Ce dernier a promis que "la Roumanie ne se dérober[ait] pas de ses responsabilités".
Des "avis divergents"
Un engagement salué par Manuel Valls. Ce dernier a souligné que la France assumerait de son côté ses responsabilités qui sont, selon lui : "évacuation des camps illicites, reconduites à la frontière, forcées ou aidées, mais aussi programme d'intégration, logement et scolarisation quand c'est possible". Les responsables français et roumains ont signé un accord cadre qui permettra d'aider à la réinsertion en Roumanie de 80 familles roms rapatriées de France. Ce document signale en fait la reprise d'un accord sur l'accompagnement au retour qui avait été gelé en 2010. Les dirigeants ont toutefois souligné qu'il fallait de la "patience" pour obtenir des résultats concrets. "Cela va prendre du temps, dire le contraire serait mentir", a expliqué le ministre de l'Intérieur.
Manuel Valls a toutefois reconnu des "avis divergents" sur la question de l'aide financière de 300 euros versée à chaque reconduite. Un dispositif jugé "inefficace" par des associations travaillant à l'intégration des Roms en Roumanie, puisqu'il encouragerait les familles à revenir en France. "Je ne fais pas de déclaration à l'emporte-pièce, il y a un dispositif qui existe avec des effets positifs mais sans doute aussi avec des effets pervers", a précisé le ministre français.
"La Roumanie ne pourchasse aucun citoyen de son territoire"
Un peu plus tôt, l'accueil réservé à Manuel Valls par le président roumain, Traian Basescu, était plus frais. Si le dirigeant de centre-droit s'est lui aussi dit ouvert à "une collaboration totale", il a toutefois mis en garde. "Nous ne pouvons pas accepter des formulations comme 'la Roumanie pourchasse les populations d'ethnie rom'", a-t-il averti, faisant allusion à des déclarations du ministre français. Mardi, ce dernier avait en effet déclaré que "ces populations" étaient "des damnés de la Terre", "pourchassées dans leur pays" et "discriminées". Dimanche, parlant des Roms, François Hollande avait lui aussi déclaré que la France ne pouvait "accepter que ces populations soient chassées de leur pays, déplacées".
"La Roumanie ne pourchasse aucun citoyen de son territoire", a tenu à préciser Traian Basescu. Une "réplique" au gouvernement français qu'ont surtout retenue les médias roumains. Ces derniers avaient en effet abondamment commenté mardi une autre déclaration de Manuel Valls. La France "ne peut pas accueillir toute la misère du monde et de l'Europe", avait-il déclaré mardi sur BFMTV, reprenant en partie des propos de l'ex-Premier ministre, Michel Rocard. En Roumanie, la phrase faisait encore polémique mercredi soir.

Deci cam asa.. Romania alunga tiganii din Romania ca sa ramana Alba ca Zapada si prea scump al nostru Presedinte (pe vremea aia inca nedemis) mintea ca “"Romania nu alunga nici un cetatean de pe teritoriul sau". Ma rog poa el considera ca medicii si asistentii medicali nu sunt cetateni romani.

Da oricum noi furam banii destinati tiganilor:


http://www.observatoiredessubventions.com/tag/roumanie/

Détournement des aides du Fonds social européen aux Roms
Union européenne. Détournement de la majeure partie des 2,25 milliards d’ euros du Fonds social européen destinés à l’ intégration des Roms en Roumanie.
Une information du quotidien néerlandais Trouw rapportée par Yves Daoudal :

” La plus grande partie des 2,25 milliards d’euros du Fonds social européen (FSE) destinés à aider la Roumanie pour l’intégration des Roms a disparu dans les poches d’ hommes politiques corrompus et d’ associations bidon.
Sur les 300 ONG qui prétendent s’occuper des Roms et reçoivent de l’argent de Bruxelles, seulement 20 sont actives
, selon Trouw “.

Le Fonds social européen a été créé en 1957 pour soutenir l’emploi et promouvoir la cohésion économique et sociale dans les États membres.
Les dépenses du FSE représentent environ 10 % du budget total de l’UE.
Pour la période 2007-2013, le FSE investit plus de 75 milliards d’euros
dans la création et l’amélioration des emplois.

Hm.. deci e clar am manglit vreo 2 miliarde!!!



http://www.lepoint.fr/reactions/politique/commentaires-sur-la-france-ouvre-un-peu-son-marche-du-travail-aux-roms-22-08-2012-1498185_20

17 Milliards pour garder les Roms ? Justice pour les Bulgares et Roumains
D'ou vient ce chiffre et cet usage ? Roumanie et Bulgarie comme tous les nouveaux entrants ont été arrosés d'argent par l'Europe (donc concrètement par nous et nos impôts). Mais cela n'avait pas, à ma connaissance, à voir avec les Roms. Et avant l'Europe de l'Est cela fut vrai en Gréce, au Portugal (essayez leurs magnifiques autoroutes payées par nous). Sur la question Roms, il me semble que c'est la même "Europe" qui a exigé des Roumains et Bulgares pour pouvoir adhérer, de supprimer les mesures discriminatoires et celles qui restreignaient leurs mobilités.
Les Roumains avaient alors prévenus de ce qui allait arriver... Les Roms chez nous. Confondre Roumain et Roms n'est pas normal et pas respectueux des Roumains. Rendre Bulgare et Roumains responsables de l'arrivée des Roms dans notre pays non plus. Si on ne les avait pas obligé à leur fournir des passeports et à supprimer toute restriction on n'en serait pas là. Sans pouvoir juger du pourquoi, les Roms sont non intégrés historiquement dans tous les pays d'Europe de l'Est et victimes de discriminations (j'ai personnellement vu en Slovaquie un restaurant interdit aux Roms). A voir leur comportement en France (mendiants voleurs, mineurs prostituées, mutilations)... je comprends un peu qu'ils ne soient pas populaires dans leur pays d'origine et objet de ces discriminations. Même si toute généralisation et discrimination est condamnable. Mais c'est bien l'Europe des bons sentiments qui n'a pas voulu écouter les pays de l'Est, au nom des droits de l'homme et de l'adoration des minorités. Justice s'il vous plaît pour Roumain et Bulgares. Peuples francophiles (surtout les Roumains).
En revanche pour la première fois de leur histoire, les Roms viennent d'aider leurs pays d'origine : en permettant de supprimer les restrictions à l'embauche qui visaient Roumains et Bulgares (Restrictions sans rapport avec les Roms)
Une grande première historique ! Et l'on ose dire que notre président ne fait rien à l'international.

Comentarii


Clicoeur le 23/08/2012 à 18:59
@ LE PATIO
Je suis entièrement d'accord sur le fond de votre raisonnement, mais vous laissez entendre que se sont les Roms qui ont touché 17 milliards. C'est bien évidemment le gouvernement roumain qui a touché cette aide. Les Roms vivant en Roumanie n'en ont pas vu la couleur. Je pense que vous vous êtes mal exprimé et que nous restons d'accord sur la réalité du problème


Guvern de banditi! Insa bine sustinut de UE!! Ma refer la guverelele Presedintelului demis al Romanilor


http://www.lagazettedescommunes.com/131149/roms-le-grand-lyon-investit-en-roumanie-pour-un-retour-dans-de-meilleures-conditionsle-grand-lyon-s%E2%80%99investit-dans-l%E2%80%99accueil-des-roms-en-roumanie/

3 milliards d’euros prévus pour les Roms - Les élus lyonnais entendent faire la preuve que des perspectives nouvelles s’ouvrent aux Roms dans leur pays, autres que les expulsions et villages d’insertion, tout en contestant « l’image fausse d’une exode de Roms. Il n’y a pas eu de départs contraints ». Ils rappellent que les départs volontaires de Roms cet été à Lyon, dont 240 personnes en août, ont été organisés dans le cadre de l’Aide humanitaire incluant 300 euros par personnes et 100 euros par enfant. « Avec les conditions d’accueil et d’hébergement qui se mettent en place en Roumanie, leur situation à l’avenir sera plus confortable là-bas qu’en France » estiment les élus qui ont conscience que d’autres initiatives doivent conforter les programmes de coopération en cours.
Olivier Brachet appelle notamment l’Europe « à consommer les 23 milliards d’euros prévus pour les Roms et qui ne sont pas dépensés ». L’élu fondateur de Forum Réfugiés milite pour une solution à trois volets permettant « de partager les efforts »: le retour des Roms en Roumanie, le droit commun de la libre circulation, et l’intégration des Roms par le travail et le logement, « un triptyque à long terme qui n’est pas assez porté au niveau national ».

hm .. deci asta este identitatea noastrea europeana : tigani! Sau tigani rasisti care nu recunosc ca sunt tigani .
Oricum hoti de fpnduri europene! Eu ne dau bani si noi facem cu ei palate cu turnulete!
Sei nu va iluzionati – putem sa fin si rasisti care mancam pe paine si tigani .. caci cferetinoizii vestici deja ca unii dintre evrei e antisemiti!!

Ca sunt prostii .. ei da. Dar multe. Prea multe. Ingrijorator de multe. Si s-ar putea sa vina si o zi urata de tot .. caci Romania are avantajul



http://korkorezhau.blogspot.ro/2010/09/fara-numar-pour-un-bolivarisme.html

une densité de population relativement faible et une relative abondance des terres en friche, faisant de cette région climatiquement clémente et compatible avec l’Occident une destination prioritaire pour de nouveaux contingents de colons fuyant l’Europe de l’Ouest et l’Amérique du Nord en quête d’une société pacifique et d’une réelle qualité de vie

care calitate a vietii se poa obtine si prin


valorisation des langues, cultures et techniques traditionnelles, et notamment de celles des ethnies tziganes

si edaca nu va este destul :



http://korkorezhau.blogspot.ro/2011/01/absurdistan-note-5-lettre-ouverte.htmle

A la différence du prétendu « problème tsigane », le bien réel problème roumain (et hongrois…) porte en lui-même, à pas si long terme que ça, sa propre solution : l’extinction naturelle et méritée du peuple roumain, qui ira rejoindre dans les caveaux de l’archéologie tous les peuples sans foi, sans chants, sans danses et sans honneur. Biologiquement condamné, il lui reste la possibilité de transmettre à une partie du jeune et prospère peuple tsigane, héritier naturel de son territoire, sa langue race tsigane – ce qui m’a amené, dans un manifeste publié ici même, à parler de « société créole »

Bun. Sau PROST ASA. O sa imi ziceti ca ce am citata sunt parerile unor indivizi lipsiti de importanta, nu cu mult mai brezi decat mine (Mirel Branc, ala cu korkorezhau.blogspot.ro , samd) seau chiar pusti tampiti.
INSA ce este importanta este atnosfera. Ca la o adica la Bruxelles ...Escu din orice functie va fi apucat de nasturele de la sacou si I se va zice cu tristete: Dragul meu domn, poate ai dereptate INSA totata Europa stie ca romanii sunt tigani. Ca voi ne furati zeci de miliarde si va tinem in carca. Ca mancati pateu din minoritari. Poate nu este asa insa noi suntem o democratie si trebuie sa ascultam box populi asa ca faceti bine si …MANCATI CACATU!!
Ca la fel in anii 30 altii destepti (elita intelectuala occidentalizata!) s-au dat rotunzi si destepti si apoi in 40 le-a intrat sfecla de zahar in anus .. ca apoi sa intre care la Sighet, care la Poarta Alba si sa moara cu zambetu pe buze ”Nu ne lasa ei anglo-americanii”. NUAnglomaericanii care stiau ei foarte bine ca romanii e de porc asa ca nu i-ua lasat .. i=au dat pe mana rusilor!!!!

Asa ca va zic : Nu suntem cetateni europeni si NU avem drepturi . Si se pare nici ala la identitate.


avatar
Ghita_Bizonu'

Mesaje : 869
Data de inscriere : 13/04/2010
Varsta : 65
Localizare : Bucuresti

Sus In jos

Uhuuu!

Mesaj  Cârcotaşu la data de Lun Feb 25, 2013 8:23 am

Da' ai scris de m-ai rupt.
Treburile sunt clare, toate confuziile (român=ţigan) pornesc de la diversiunea cu denumirea "romi", "rromi" dată etniei de către nişte vecini, în loc de ţigani, "romani" pentru limba de tot primitivă şamd. Sigur, această denumire a fost aleasă special pentru România, pentru pustiul de bine ce i se dorea. Evident, denumirea a fost adoptată cu entuziasm până şi de către americani. De unde şi vorba referitoare la prietenii pe care-i are România, de nu mai are nevoie de duşmani!
Nu mai puţin însă, nişte miliţieni de la MI, imediat după 1990, au hotărât ei, de capu' lor, fi-le-ar capu-al dreacq, ca pe documentele de identitate, CI-uri sau paşapoarte, naţionalitatea română să fie înscrisă prescurtat ROM. Asta ce-a fost, imbecilitate sau sabotaj, trădare? Aşa că vina pentru confuzie nu le aparţine francezilor, tre' să ne uităm mai întâi la noi în ogradă. Ce vrei să zică săracu' poliţist parizian (că nici p-ăla nu-l dă mintea afară) când tu te legitimezi cu un paşaport pe care scrie că eşti de naţionalitate ROM?
avatar
Cârcotaşu

Mesaje : 117
Data de inscriere : 05/04/2010
Varsta : 67
Localizare : Bucureşti

Sus In jos

Toate la un loc ....

Mesaj  Ghita_Bizonu' la data de Lun Feb 25, 2013 9:53 am

Da io ma bazez si pe tampenia .. Tampenia noastra Ca nu un caraliu decide ce sa scrie pe psaport! Decizia , aprobarea vin mai de sus...de la oameni cu "scoala"
avatar
Ghita_Bizonu'

Mesaje : 869
Data de inscriere : 13/04/2010
Varsta : 65
Localizare : Bucuresti

Sus In jos

Eeei, tu chiar crezi pozna asta?

Mesaj  Cârcotaşu la data de Lun Feb 25, 2013 9:10 pm

Păi sigur că nu caraliu' de la colţu' străzii. Da' aşa, de-un ezemplu': ce părere ai de ăla, de-i zice Abraham? Ţi se pare că are capu' mare şi mintea-i stă-nghesuită-n el? Păi ăla era moţu' lu' MI-u'! Specialistu' lu peşte, mare sculă de n-aveai loc să iei o palmă, că le lua el pe toate. Alţii nu erau mai breji, că doar şefii, în poliţie, nu erau şi nu sunt numiţi după câtă minte au.
avatar
Cârcotaşu

Mesaje : 117
Data de inscriere : 05/04/2010
Varsta : 67
Localizare : Bucureşti

Sus In jos

Re: Glumiti, stiti cine sunteti? Nu sunteti cetateni europeni si NU aveti drepturi!!!

Mesaj  Continut sponsorizat


Continut sponsorizat


Sus In jos

Vezi subiectul anterior Vezi subiectul urmator Sus


Posteaza un subiect nou   Raspunde la subiect
 
Permisiunile acestui forum:
Puteti raspunde la subiectele acestui forum